Apprenez à vous servir des modèles colorimétriques pour améliorer le design de vos présentations

Apprenez à vous servir des modèles colorimétriques pour améliorer le design de vos présentations

5294 4058 SlidePro

Comprendre les principaux modèles colorimétriques pour améliorer le design de vos présentations

Afin d’optimiser le design de vos slides, il vous faut connaître les bases des principaux modèles colorimétriques. Dans cet article, nous vous proposons une approche synthétique des modèles RVB, CMJN, TSL et HEX.

Les bases des principaux modèles colorimétriques

Si l’on se réfère au modèle TSL, une couleur donnée peut être définie par trois paramètres : sa Teinte, sa Saturation et sa Luminosité. La teinte peut être considérée comme la « couleur » du langage commun. La saturation représente l’intensité de cette teinte (plus elle est saturée, plus elle est intense). Enfin la luminosité peut faire varier une même teinte en la faisant tendre plutôt vers le noir ou plutôt vers le blanc.

La couleur de la lumière (sur l’écran par exemple) se comporte différemment de la couleur des pigments (sur papier par exemple). On distingue deux processus de création des couleurs : le processus de synthèse additive et le processus de synthèse soustractive.

Le processus de synthèse additive joue sur les lumières. Il consiste à combiner les lumières de plusieurs sources émettrices colorées afin d’obtenir une couleur spécifique. On part donc d’une situation d’absence de lumière (noir) et on ajoute des lumières jusqu’à arriver à la couleur désirée.

Le processus de synthèse soustractive joue quant à lui sur les pigments, et consiste à combiner différents colorants (pigments, peinture, encre) pour obtenir une couleur spécifique. On part d’une situation de pleine luminosité (type papier blanc) et on enlève des couleurs jusqu’à arriver à la couleur désirée.

A ces deux processus de création de couleurs, correspondent les deux principaux modèles colorimétriques : le modèle RVB et le modèle CMJN. Le modèle « RVB » (rouge – vert – bleu), ou « RGB » en anglais, utilise les couleurs additives, tandis que le modèle « CMJN » (cyan – magenta – jaune – noir), ou CMYK en anglais, utilise les couleurs soustractives.

Chaque modèle est organisé autour de trois couleurs principales. Pour les couleurs additives, il s’agit des couleurs primaires, qui sont le rouge, le vert et le bleu. Les trois couleurs soustractives principales sont appelées couleurs fondamentales, et sont le magenta, le jaune et le cyan. Au sein de chaque modèle, il suffit de combiner deux couleurs principales pour obtenir une autre couleur. Par exemple, en mélangeant une quantité égale de rouge et de vert dans le modèle RVB, vous obtiendrez du jaune. En mélangeant une quantité égale de jaune et de cyan dans le modèle CMJN, vous obtiendrez du vert.

Les quatre modèles colorimétriques utilisés en design

Il s’agit des modèles TSL, RVB et CMJN que l’on a déjà introduits, ainsi que du modèle HEX.

Le modèle RVB (rouge – vert – bleu)

Ce modèle additif repose sur les trois couleurs primaires que sont le rouge, le vert et le bleu, et permet de créer d’autres couleurs en les combinant. Si l’on mélange en quantité égale les trois couleurs primaires, on obtient du blanc. Si l’on supprime toutes les couleurs, on obtient du noir.

Les couleurs RVB sont constituées de rayons lumineux qui émanent d’un écran pour atteindre votre rétine. Elles sont utilisées pour les documents digitaux, et notamment dans le logiciel PowerPoint. Il est donc important de maîtriser ce modèle pour créer de belles présentations PowerPoint.

Pour créer des couleurs au sein du modèle RVB, il suffit de doser la quantité de chaque couleur primaire. Vous pouvez ajuster la quantité de chacune selon une échelle qui va de 0 à 255. En mettant les trois couleurs primaires à 0, vous obtiendrez du noir, tandis qu’en mettant les trois couleurs primaires à 255, vous obtiendrez du blanc. Si vous dosez 255 d’une des trois couleurs et 0 des deux autres, vous obtiendrez la couleur primaire en question. Toutes les combinaisons intermédiaires sont possibles, par exemple une combinaison de 255 de rouge, 125 de vert et 0 de bleu rendra la couleur orange.

Le modèle CMJN (cyan – magenta – jaune – noir)

Ce modèle soustractif repose sur les trois couleurs fondamentales que sont le cyan, le magenta et le jaune, ainsi que sur le noir, appelé « key » (valeur) en anglais.

Les couleurs CMJN sont utilisées pour l’impression (sur papier notamment), et sont une combinaison de couleurs fondamentales à partir d’une base blanche. Le modèle CMJN est également utilisé dans les logiciels vectoriels tels qu’Illustrator.

Pour créer des couleurs à partir du modèle CMJN, on procède comme pour les couleurs RVB en dosant les quantités de cyan, magenta, jaune et noir, mais cette fois sur une échelle de 0 à 100. Si vous souhaitez obtenir une couleur fondamentale, il vous suffit de doser 100 de cette couleur et 0 des trois autres. Pour obtenir du blanc, mettez les quatre couleurs fondamentales à 0. Toute combinaison intermédiaire est possible et vous permet de créer d’autres couleurs, par exemple le violet s’obtient en dosant 50 de cyan, 100 de magenta, et 0 de jaune et de noir. Le rouge qui correspond à la couleur primaire du système RVB s’obtient en dosant 0 de cyan et de noir, et 100 de magenta et de jaune.

Le modèle TSL (teinte – saturation – luminosité)

Le modèle TSL est un complément du modèle RVB qui permet d’ajuster la teinte, la saturation et la luminosité des couleurs. Le modèle RVB fonctionne remarquablement bien avec les machines, mais il est assez éloigné de la perception humaine des couleurs. Le modèle TSL a été créé pour faire le lien entre les deux, et décliner les couleurs RVB en des termes qui nous paraissent plus naturels.

Voyons maintenant comment ce modèle TSL vous permet de modifier les couleurs dans le logiciel PowerPoint.

La luminosité

Dans le modèle TSL, une couleur initiale a une luminosité de 128, c’est le niveau moyen. Vous avez ensuite la possibilité d’augmenter ou diminuer cette luminosité sur une échelle de 000 à 255. Plus vous diminuez la luminosité, plus la couleur sera foncée, et inversement.

La saturation

Une couleur initiale a une saturation de 255, c’est-à-dire le maximum de l’échelle de saturation. Vous pouvez diminuer le niveau de saturation jusqu’à 000. Plus vous diminuez la saturation, plus la couleur devient neutre.

La teinte

La teinte est la couleur pure, de base, que vous pouvez ensuite modifier en ajustant la luminosité et la saturation. Les différentes teintes sont définies par un nombre qui se situe entre 0 et 255, 0 étant le rouge primaire. Une teinte de 0 rendra donc du rouge, tandis que par exemple une teinte de 42 rendra du jaune, et une teinte de 213, du violet. Dans PowerPoint, pouvez modifier la teinte tout en conservant les paramètres de luminosité et saturation définis précédemment.

Comment créer des couleurs avec le modèle HSL ?

En ajustant les trois paramètres que sont la teinte, la saturation et la luminosité. Par exemple, vous pouvez partir d’une teinte de 170 qui correspond à du bleu. Cette teinte aura initialement une saturation de 255 (saturation maximale) mais vous pouvez ajuster le niveau de saturation pour tendre vers une couleur plus neutre. Par défaut, cette teinte aura aussi une luminosité de 128, mais vous pouvez l’éclaircir ou la foncer en ajustant le niveau de luminosité entre 0 et 255. Ainsi, à partir de cette teinte 170 de bleu, si vous appliquez une saturation et une luminosité nulles, vous obtiendrez du noir.

Les outils proposés par le modèle TSL sont très utiles pour ajuster et embellir un dégradé de couleurs dans PowerPoint.

Le modèle HEX (HEXadecimal)

Il s’agit d’un dérivé du modèle RVB, mais qui utilise cette fois les nombres hexadécimaux pour définir les couleurs en langage HTML.

HEX est donc utilisé pour la création de sites web et de contenu en ligne.

Le modèle HEX utilise le système hexadécimal, qui est un système de numération reposant sur 16 symboles : les dix chiffres de 0 à 9 et les six lettres de A à F.

Chaque couleur est définie par un code constitué de 3 couples de symboles. Chaque couple défini la dose d’une couleur primaire : le premier couple donne la dose de rouge, le deuxième donne la dose de vert et le troisième donne la dose de bleu. Les symboles renvoient au système hexadécimal selon lequel 0 est le minimum et F le maximum. Pour un couple de symboles, « 00 » correspond au minimum, « 80 » à la moyenne, et « FF » au maximum.

Les couleurs primaires sont donc définies ainsi :

  • Rouge = #FF 00 00
  • Vert = #00 FF 00
  • Bleu = #00 00 FF

Tandis que pour obtenir du noir, il faudra indiquer #00 00 00, et pour obtenir du blanc, #FF FF FF.

Pour créer d’autres couleurs, il suffit de doser différemment le rouge, le vert et le bleu. Par exemple, #80 FF 00 donnera du vert clair.

L’importance de maîtriser les différents modèles colorimétriques pour créer vos slides

Dans PowerPoint, vous aurez besoin de connaître le modèle RVB afin de définir vos couleurs, mais aussi de maîtriser le modèle TSL pour ajuster chaque couleur à votre avantage. Les modèles CMJN et HEX vous seront utiles pour traduire vos couleurs PowerPoint en leurs équivalents pour l’impression (CMJN) et le langage HTML (HEX).

Pour approfondir vos connaissances sur les couleurs sur PowerPoint voici le lien vers notre dossier couleurs complet PowerPoint :

Si vous souhaitez obtenir des conseils d’une agence spécialisée en PowerPoint n’hésitez pas à nous contacter.

Laisser un commentaire

    SlidePro – Agence PowerPoint et création de plaquette commerciale

    Horaires : 09:00 – 19:00
    Adresse : 8 rue Lemercier – 75017 Paris
    Téléphone : +33(0)9.75.18.91.99



    Artisan de Slides depuis PowerPoint 2007

    CHAQUE SLIDE

    COMPTE

    css.php